être sois même

Règle n°1 : Rester soi-même !

Beaucoup de gens veulent désespérément plaire aux autres. Ils ont besoin de l’approbation des autres, sans lesquels ils sont incapables de prendre des décisions, de choisir sans douter et de se sentir confiants dans leurs choix.

Le problème est que ce besoin détruit progressivement l’estime de soi, en plus du fait qu’essayer à tout prix de plaire aux autres est épuisant et déprimant.

«D’un point de vue évolutif, plaire aux autres équivaut à être accepté par le troupeau et cela est lié à de plus grandes probabilités de protection et donc de survie».

En revanche, le besoin de plaire aux autres est considéré comme une attente irrationnelle, car il implique un objectif perfectionniste et inaccessible: il est impossible de plaire à tout le monde.

Pour cette raison, la recherche obsessionnelle de l’approbation des autres génère dans la plupart des cas un sentiment d’impuissance. En fait, les personnes qui vivent de cette manière sont obligées de changer radicalement leur façon d’être en fonction du contexte. Cette attitude génère une tension qui se manifeste souvent par des crises d’angoisse.

smile inverse

S’efforcer de plaire aux autres conduit au rejet

Une grande partie de nos souffrances dépend de notre interprétation de la réalité, plutôt que de la réalité elle-même. De nombreuses pensées irrationnelles que nous adoptons ne génèrent donc que de la douleur. Remettre en question et éliminer ces pensées est le chemin d’une bonne santé mentale qui, par conséquent, se traduira par une meilleure vie sensorielle.

Curieusement, lorsque nous essayons de plaire aux autres, la seule chose que nous obtenons dans la plupart des cas est le rejet. Ce refus nous fait particulièrement mal et se heurte à notre conviction personnelle  «si je suis ce que les autres veulent, ils m’accepteront». Cette dissonance entre la croyance, l’action et la réponse que nous recevons est ce qui cause la douleur et la souffrance.

Pourtant, au lieu d’être simplement nous-mêmes, la réaction typique est d’essayer de s’adapter encore plus à ce que nous pensons être les caractéristiques pour plaire aux autres. C’est ainsi que la recherche de l’approbation commence à être une course épuisante.

Peut-être qu’au début, une personne servile qui nous donne toujours raison peut nous aimer, mais à la longue, ce sentiment agréable s’estompe pour se transformer en rejet. Une personne artificielle, fausse, incapable de toute comparaison n’est pas intéressante. Ce phénomène est particulièrement évident dans certaines relations: au début, tout vas bien, mais avec le temps, les soucis commencent à arriver.

Pensez à la difficulté de vraiment connaître une personne qui se cache derrière un masque. Nous ne savons pas qui il est, il n’a pas sa propre voix, il essaie de représenter ce qu’il croit être les attentes des autres.

« Je ne connais pas la clé du succès, mais je sais que la clé de l’échec est d’essayer de plaire à tout le monde. »

-Woody Allen-
fatiguer

La face cachée de la recherche d’approbation

Plaire aux autres est une attitude fatigante, c’est pourquoi elle se transforme souvent en une épée à double tranchant. Les gens qui vivent en cherchant l’approbation des autres peuvent maintenir ce style de vie pendant un certain temps. Mais lorsque les forces commencent à lâcher, ils se retrouvent submergés par un sentiment de malaise auquel ils ne peuvent échapper, car ils n’ont pas les outils et les repères nécessaires pour reconstruire leur estime de soi. À ce stade, la personne concernée peut réagir de manière agressive.

Nous atteignons tous une limite à notre capacité de simulation. Aussi complaisants que nous soyons avec les autres, la pression apparaîtra tôt ou tard. Le sentiment de ne plus pouvoir représenter un rôle qui ne nous appartient pas devient insupportable. C’est ainsi que même les relations les plus intenses peuvent se s’estomper en un rien de temps.

Les gens qui s’inquiètent excessivement de l’opinion des autres vivent souvent en termes de « tout ou rien » . Ils sont incapables de tourner leur attention vers des objectifs différents, alors quand ils sont fatigués de quelque chose, ils passent directement à un autre, oubliant le passé. Ils passent rapidement du statut de meilleurs amis à celui d’étrangers.

Cette ligne de conduite est très néfaste. Beaucoup de gens l’utilisent pour manipuler, d’autres parce qu’ils ne savent tout simplement pas comment se comporter sainement et ont une si faible estime de soi qu’ils pensent que n’importe qui s’enfuirait s’il connaissait sa vraie personnalité.

Travailler sur l’estime de soi, changer autant que possible et accepter ce que l’on ne peut pas changer à un moment donné sont les piliers solides d’une saine indépendance sociale. Une indépendance qui signifie autonomie, un facteur de protection fondamental contre la dépendance émotionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *